Sistema

Opéra de chambre parlé pour 4 chercheur-ses en mathématique ou logique et 4 instruments.

Music theatre

2021

Catalogue number : 92

Opéra de chambre parlé pour 4 chercheur-ses, 3 instruments et dispositif electroacoustique.

Assia Mahabubi (matématicienne – voix en direct et enregistrée).
Aymeric Stamm (matématicien – voix en direct et enregistrée).
Loig Jeyzquel (matématicien – voix en direct et enregistrée).
Mariqnne Bessemoulin (matématicienne – voix en direct et enregistrée).

Anne Gillot (flutes a bec ).
Gareth Davies (clarinette contrebasse )
Vincent Lhermet (accordéon )
Alessandro Bosetti (dispositif électroacoustique ).

Sistema est une Opera de chambre dont le livret est toujours différent, consistant en une conversation libre au milieu d’un ensemble instrumental, influencée par les mouvements et les séquences de ce dernier et modulée par une série d’instructions activées par le jeu instrumental.

Le contenu de la conversation, différent à chaque représentation de la pièce, est libre de s’aventurer dans une réflexion continue et toujours différente sur le Système lui-même et sur ses participants.

[sound_iframe_sc]

Durée: 30 minutes.

Contrairement au chœur parlé « The Pool and the soup » – basé sur une conversation totalement libre à l’exception de l’interdiction de toute référence au dispositif et au mécanisme de la composition elle-même – la conversation de « Sistema » permet et encourage la discussion sur des registres qui peuvent varier du trivial a des descriptions techniques du dispositif lui-même, des règles qui le régissent et des paradoxes relationnels mis en jeu par la composition.

Les quatre voix – quatre chercheur-ses ou chercheuses en mathématiques ou en logique – sont assises en cercle fermé, à une courte distance l’une de l’autre. Chacun porte un casque et un microphone serré-tête.
Les quatre instrumentistes (clarinette basse, accordéon, flûte contrebasse et électronique) sont assis dans un cercle plus large, chacun d’eux positionné à quelques mètres derrière l’une des voix.
Chacun des instrumentistes dispose d’une pédale qui, lorsqu’elle est enfoncée, envoie des instructions aux voix. Les instructions fonte reference a ‘«actions fondamentales» et de «modulations».

Les «actions fondamentales» forment le noyau élémentaire mais infiniment recombinable sur lequel se construit l’entrelacement: c’est «démarrer», «arrêter», «répéter», «imiter».

Les «modulations», plus complexes et nombreuses, telles que l’approbation, l’opposition, l’intonation, l’interaction, l’isolement etc. sont des attributs que sont graduellement superposées aux instructions.
L’écriture instrumentale, construite par modules et superpositions dans un langage post-minimaliste, se synchronise avec les voix à travers les coups de pédale et génère en même temps un paysage sonore et émotionnel qui encercle les voix et influence le cours et le ton de la conversation.

Le libretto est donc rien d’autre que une conversation libre entre les 4 chercheur-ses-ses qui doivent s’attener a un repertoire des consignes et instructions envoyé par oreillette.

La thématique de la conversation est libre, la nature du système e du dispositif — meme sa discussion en termes formelles, mathématiques et logiques plus techniques — est permise et même encouragée tout restant que la conversation peut s’adresser a n’emporte quelle autre thématique quotidienne ou même triviale.

Chaque iteration de la piece a un contenu complètement different de la précédente et la nature, le fonctionnement et les paradoxes de cet system dynamique qui est la piece sont discutés chaque fois dans la piece meme.

Pas de costumes, pas des decors, pas de création lumières sont prévus (l’opera peut se representer dans n’emporte quels espace).

Le 4 chercheur-ses sont disposées en cercle fermé. Le 4 instrumentistes sont disposés dans un cercle plus large au tour du premier cercle, chacun en correspondance d’un-e chercheur-se.

Le public forme un cercle plus large tout au tour.

Quelques pièces à pédale (Pedal Pieces) et une opéra de chambre sur le dédoublement de la voix.

Une proposition de Alessandro Bosetti en collaboration avec Athenor – cmcm Saint Nazaire, GMEA Centre National de Création Musicale
Albi — Tarn, le Laboratoire de Mathématiques Jean Leray – Université de Nantes et Éole, studio de création musicale, Toulouse.

 

© Alessandro Bosetti / 2021